03 89 35 92 15 info@duo-architecture.fr

Les femmes dans les coulisses du bâtiment : FLORE MOALIC

Flore Moalic - décoratrice et gérante de Sublissimmo

« J’espère que les clients me voient comme une personne compétente plutôt que comme une femme ou comme un homme »

C’est avec joie que je vous présente FLORE MOALIC, architecte d’intérieur, maître d’œuvre, décoratrice et gérante de son entreprise de rénovation et de décoration intérieure, SUBLISSIMO. C’est une femme pétillante et exubérante, passionnée de lecture, de voyages et de design de mobilier. Elle a même un nuancier de couleurs sur sa table de chevet !

Flore a créé la société SUBLISSIMMO en septembre 2010. Spécialisée dans la création, l’aménagement et l’embellissement d’espaces de vie, ses spécificités sont l’accompagnement dans le choix des couleurs et des matériaux pour les clients qui souhaitent rénover un bien ou une pièce.

Avant de se lancer avec sa propre société, Flore a beaucoup voyagé, notamment en Australie, où elle a suivi la formation « interior design » (une formation en design d’espace), mais aussi au Japon, à Madagascar, au Mexique, au Canada et en Nouvelle-Zélande. De ces voyages naissent des expériences et des affinités avec des façons de vivre et des couleurs totalement différentes de ce que nous avons l’habitude de voir. Flore voit dans les voyages un enrichissement à la fois personnel et professionnel, puisqu’elle se déplace également à Paris et à Milan pour découvrir les nouveautés et les tendances aux salons de design d’intérieur.

Si elle n’était pas partie au pays des kangourous étudier le design, peut-être se serait-elle tout de même arrêtée à l’opéra de Sydney… Pour y chanter un aria tout en profitant de la beauté du bâtiment! Effectivement, Flore me confie qu’elle aurait choisi d’être chanteuse d’opéra si l’appel de l’architecture d’intérieur n’avait pas été si fort.

Ce qui lui plaît dans son métier aujourd’hui, c’est le contact avec les clients et l’accompagnement, la compréhension de leurs goûts et l’empathie envers leur mode de vie. Elle aime aussi le fait de rendre un « truc », un bien immobilier « tout moche », en quelque chose de chouette où le client se sent bien. Elle apprécie particulièrement d’avoir la liberté de créer et est pleinement épanouie dans son métier. Flore aime aussi travailler avec de beaux matériaux et proposer des couleurs, des papiers peints, des textures, qui permettent de sortir du cadre habituel, avec lesquels elle s’amuse à créer des intérieurs sublissimes!

Le but de Flore est de révéler l’intérieur dont rêve le client, en effet, ses propositions de décoration dépendent de la manière dont elle perçoit les clients dans leur mode de vie et des couleurs qui leur iraient bien, pour qu’ils y soient bien et que leur intérieur leur donne bonne mine. D’ailleurs, une des techniques de notre décoratrice consiste à observer la manière dont ses clients sont habillés pour se rapprocher de leur style, de ce qui les fait se sentir à l’aise, d’apporter leur touche personnelle. Mais attention, cette technique n’est pas toujours fiable, puisqu’il arrive qu’il y ait un décalage entre sa façon de s’habiller et son intérieur!

Pour Flore, être une femme dans le milieu du bâtiment comporte plus d’avantages que d’inconvénients. Elle pense avoir une relation différente avec les hommes du bâtiment, notamment pour la gestion de chantier. Flore a remarqué qu’ils apprécient ses qualités et que le fait d’avoir une femme en face d’eux change leurs habitudes, particulièrement la façon dont elle formule ses demandes.

Flore ne se préoccupe pas de ceux qui sont réticents à travailler avec une femme, puisque de tout manière, ces personnes ne feront pas appel à elle et elle n’y est donc pas confrontée. Dans son métier, elle pense qu’être une femme facilite l’échange et la communication, mais surtout, une femme cherchera peut-être davantage à comprendre son client, ses demandes et ses contradictions et à se projeter à sa place.

Lorsqu’elle débutait dans sa carrière, Flore était conducteur de travaux et avait une équipe de six hommes à manager. Elle explique que cette période était compliquée, puisqu’elle était une femme, jeune, avec peu d’expérience dans le métier et que son équipe ne lui pardonnait aucune erreur.

Aujourd’hui il arrive encore que notre décoratrice ait affaire à des clients hommes qui ont des préjugés sur ses capacités techniques. Mais les appréhensions sont vite envolées! Durant sa carrière, Flore a également tissé des liens forts avec certaines clientes, qui sont aujourd’hui devenues des amies.

L’opinion de Flore quant à l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle est tranchée : c’est un équilibre à travailler avec son conjoint, basé sur le partage des tâches. Comme au travail, elle estime qu’il ne devrait pas y avoir de différenciation homme/femme.

Pour ce qu’il en est du milieu du bâtiment, Flore pense qu’il permet parfaitement aux femmes de s’épanouir dans leur métier. Elle n’a pas l’impression qu’il est plus compliqué d’évoluer dans ce milieu en tant que femme, malgré quelques réflexions sur ses capacités dans le passé. Aujourd’hui ces remarques sont oubliées, car elle a gagné en expérience et en assurance et c’est elle qui gère sa société et la mène où elle le souhaite! Mais surtout, elle espère que les personnes avec qui elle travaille ne la voient pas comme une femme ou comme un homme, mais comme une personne compétente.